Pas de Ramadan en Rétention

Lors de notre visite au Centre de Rétention lors de la dernière semaine de mai 2018, nous avons été étonnés de trouver les personnes que nous allions visiter sur une liste à part intitulée « Ramadan ». Le flic nous explique que cela permet de caler les distributions de nourriture sur les horaires du jeûne. Pourtant, quelques jours avant, nous avions pris connaissance d’une saisine signée par plusieurs co-retenus demandant le respect du Ramadan. Vous la trouverez reproduite ci-dessous. Fallait-il en déduire que la saisine avait eu pour conséquent un changement de fonctionnement du Centre de Rétention, pour le Ramadan, dans une institution qui fait de sa laïcité une arme de guerre? Nous nous sommes rapidement rendus compte que cette liste à part existait depuis le début du Ramadan, et que la saisine a été écrite parce que le dispositif n’est ni respecté ni suffisant. Voici les propos de Mamoun et Fathelrahman, soudanais. Ils nous ont raconté non seulement les problèmes liés au Ramadan, mais aussi ceux habituels, que racontent et racontent les retenu.e.s. 

F:  » En fait, ici, il n’y a pas la possibilité de faire le Ramadan. La bouffe est dégueulasse, et on n’a pas la possibilité de la déplacer hors du lieu où elle est distribuée pour la manger à l’heure de la rupture. Certes, elle est donnée à 21h, mais en très petite quantité, et on ne sait pas si c’est ou non halal. »

Voici la saisine écrite par les retenus:

Capture d_écran 2018-06-04 à 00.01.23

LCD: Pourtant, on a vu qu’il y avait une liste pour celles et ceux qui font le Ramadan, est-ce que ça a été mis en place après la saisine? Elle a changé quelque chose cette saisine? 

M: « Non, la liste a été mise en place depuis le début. C’est ensuite qu’on a fait la saisine mais elle n’a rien changé. On a fait un rassemblement en disant « on ne mangera pas ». Mais ensuite, on a été séparés de bâtiments. Certains ont été déportés très rapidement. On était 23 au départ. Maintenant on n’est plus que 9. Tout ce qu’on voulait, c’est le respect des horaires du Ramadan, car ce n’était pas le cas. Ils ne nous ont donné que des carottes cuites à la vapeur. Si seulement on pouvait au moins avoir un peu de riz. Mais depuis, il n’y a pas eu de changement. »

LCD: Et du coup, la répression policière a cassé tout mouvement? Il n’y a plus de possibilité de se rassembler? 

M: « La question n’est pas de se rassembler ou pas. On est déjà fatigués par le Ramadan. Si rien ne change, à quoi ça sert? Ici, tout dépend de leur humeur.

LCD: Ok, l’arbitraire policier du CRA… quelles sont vos revendications?

M et F: « Changer la nourriture, quelle soit adaptée au Ramadan. Ensuite, on a des demandes: le droit d’aller à l’hôpital, que les services ne soient pas toujours fermés, un vrai droit à des traducteurs. »

LCD: Pouvez vous parler de comment vous êtes arrivés ici? 

F: « Moi ça fera 28 jours demain. Je suis réfugié statutaire en Italie. Mais j’ai pas le permis de voyage. Je suis venu travailler. Un matin, en partant au travail, je me suis fait arrêter par la police. »

M: « Moi, j’ai été assigné à résidence 45 jours, parce que je suis en procédure Dublin, à Montrais. Le jour prévu de ma déportation, j’ai voulu aller chercher mes affaires, mais m’a répondu « Jamais ». On m’a emmené à l’aéroport en un jour, on m’y a laissé pendant 5h dans une salle comme celle-là (il montre le parloir qui est une pièce vide de 10m2 avec une table et deux chaises), et finalement au CRA. Quand je suis passé au tribunal, j’ai dit au juge: « pourquoi m’avoir amené ici? pourquoi ne pas m’avoir renvoyé en Italie? ». Et il m’a répondu: « parce que vous ne vouliez pas partir en Italie ». Mais j’ai jamais rien dit moi, on m’a juste mis dans une pièce et amené ici. Je ne parle même pas français, comment aurais-je pu dire ça? »

LCD: Et donc que dîtes vous des conditions de rétention? 

M: « Ici, quand t’es malade, ils ont un seul comprimé, qui est le même pour tout le monde quelque soit ta maladie. Même moi je peux devenir médecin ici, s’il faut juste donner le même médicament à n’importe quel malade. »

F: (qui a la jambe cassée en plus d’être malade): « Moi je suis très malade, je dois aller faire une prise de sang, mais je ne peux pas. Ici, la police s’enferme dans une salle, te regarde et se moque de toi. Chaque équipe a ses règles à elle, et des dois, on te refuse du papier toilettes parce qu’il est trop tard. On te dit: « reviens demain matin ».

L’avocat de la préfecture, quand je suis passé au tribunal, a dit que j’allais bien. Il a regardé un certificat médical en disant « tout va bien ». Mais comment peut-il savoir si je vais bien alors que je n’ai pas vu de médecin? »

F: « Je ne comprends pas. Je suis venu demander une protection. Je suis venu me mettre entre les mains de ce gouvernement (français). Je suis venu pour avoir la paix. Mais c’est ce gouvernement qui m’enferme. C’est la première fois que je suis en prison. Autant me laisser partir ailleurs. Je n’ai fait aucun crime, je n’ai rien fait pour être ici. Quitte à être enfermé ou torturé, autant que ce soit par les miens. »

M: « Ici, en France, j’ai plus peur du fait de ma situation administrative que quand j’ai traversé la mer (Méditerranée). J’ai insisté pour que cela soit dit au juge. »

LCD: Ok. Vous acceptez que l’on publie ces propos? En votre nom ou anonymement? 

F: « Bien sûr, il le faut. La voix des gens d’ici ne sort jamais des bâtiments. »

M: « Je veux bien que ce soit publié en mon nom. Je n’ai plus peur, de quoi devrais-je avoir peur? Ici c’est l’oppression, il faut lutter contre l’oppression. »

2 commentaires sur “Pas de Ramadan en Rétention

  1. Pouvez vous me contacter ou faire un rdv afin de savoir quelle est la procédure à suivre pour les visites aux détenus dans le centre. J’aimerais parler à qq’un qui soit d’un conseil pour favoriser ou organiser le nombres de visites vers le centre.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s